Plus ça change…

[Note from the author: every post on this blog is available in both English and French. Scroll down for the French version. Note de l’auteur: chaque billet de ce blog est disponible en anglais et en français. Faire défiler la page vers le bas pour la version française.]

I’d like to tell you about inertia. Inertia is a very powerful thing and it is wrecking us at the moment. As I’m writing, much of Europe is experiencing its second major heatwave in less than a month. Temperatures yesterday were the same in major European cities as in Abu Dhabi, i.e. around 43 degrees Celsius. That’s odd to say the least.

So it is understandable that climate change is getting more airtime in the media and on the Internet (Graph 1). While attributing any single weather event to rising concentration of greenhouse gases in the atmosphere may be a tough call (weather and climate are not the same thing), “the trend is not your friend” to use a phrase from finance.

Graph 1: Google searches in France for “climate change” soared as the country was hit by the second record-setting heatwave in less than a month.

In spite of repeated calls for investing in renewables (by which people usually mean only solar and wind) and Swedish teenagers shaming politicians for their inaction, few seem to realize the daunting scale of the challenge facing us climate-wise. The UK, France, Germany, the Nordics, and a bunch of others are embarking on the noble quest of reaching net zero carbon emissions by 2050. Yet, somehow, those pledges ring hollow.

The reason I’m writing this blog is so that friends and family understand better why certain things keep me awake at night. I’m a firm believer in data and would like to use this website as a platform for sharing with my acquaintances interesting pieces of information that I stumble upon in my everyday life. If in the course of doing that, others take interest, then so much the better! But I’m not writing with wide readership in mind, that’s for sure. For one, that would be pretentious and unrealistic (as if people cared about what I think…). But I also want to be able to write whatever I want, with no expectations to deliver. I’m basically writing to “get it out of the system”, channel my enthusiasm, and because I simply enjoy writing.

So let’s go back to this idea of inertia. What concerns me here is the inertia that seems to characterize the dependence of our economic system on carbon dioxide (CO2) emissions. Many will have heard in the press that investment in renewables is booming, or that some wealthy countries in East Asia, Europe or North America have stabilized or even decreased their CO2 emissions. Well, I have bad news for you (Graph 2). Much like a puck on ice that is struck by a hockey stick, CO2 emissions seem to continue their inexorable slide upwards. (I’m using the hockey analogy on purpose: climate-change experts often talk of the “hockey stick” when referring to the curve showing the evolution of average global temperatures since pre-industrial times.)

Graph 2: The correlation between economic growth and CO2 emissions is very tight at the global level, which is the only level that matters for the climate.

Not only are CO2 emissions increasing every single year worldwide (global emissions are the only thing that matters for the climate, as I will discuss in a future post), but their connection to economic growth is rock-solid. That puts to rest ludicrous notions such as “green growth” or carbon-neutral growth, namely the idea that we can keep growing the world economy and somehow decouple that growth from CO2 emissions. To see why, just imagine what the world economy would look like on Graph 2 if we were to achieve zero net emissions by 2050 (that is, reaching zero on the y-axis). The answer is probably not pretty inasmuch as economic growth matters, unless one is ready to believe in economic levitation (Graph 3). Sustainable development might in that regard be a slightly less ridiculous notion than green growth to the extent development is re-defined to mean something else than growth in GDP per capita. I would personally argue this is akin to moving the goal posts, but fine, let us at least allow for this possibility.

Graph 3: You might think that aiming for net zero CO2 emissions by 2050 for the whole world is overly ambitious, but that is exactly what climate experts say we need to achieve to have a decent chance of keeping average global temperatures below +1.5 degrees Celsius by the end of the century.

So why aren’t we doing more? Why can’t we manage to just bend that straight line enough to achieve some decrease in emissions? There are many reasons why, and I will try to explore some of them in future posts on this blog. But one major reason has to be our inability as humans to perceive small or infinitesimal changes.

Imagine you’re trying to measure the Earth’s curvature by walking a few steps and then turning back to look at where you started. You might be tempted to believe that the segment you’ve just walked is flat. Then repeat the same thing: walk a few more steps, and then look back to where you stopped earlier. Again, that must seem pretty flat, unless you’re in some place hilly or mountainous. Now just repeat that exercise over and over again, and you might extrapolate foolishly that the Earth is flat. That is because you, as a human being, are not equipped to perceive such infinitesimal changes as the Earth’s curvature.

The economist Steve Keen uses that thought experiment to help his readers understand why neoclassical economics gets competition wrong. But I think the analogy also helps shine a light on why we human beings are not capable collectively of doing something about the climate. Just like the Earth looks flat between two short distances, the climate doesn’t seem all that different today relative to yesterday or the week before. This is reinforced by our very human predisposition for routine, which pushes us to give extra-weight to similarities and discard changes, especially when they are not comfortable. That, dear readers, is another manifestation of the power of inertia.

That is probably enough for this long first post. If it seemed very general and broad, that was on purpose, to try and provide some kind of introduction to Sister Maurice. Hopefully, you’ve enjoyed reading it and will want more. Thank you for your time and attention.

Version française

J’aimerais vous parler aujourd’hui d’inertie. L’inertie est une chose très puissante et elle nous malmène ces jours-ci. Au moment où j’écris ces lignes, une grande partie de l’Europe connaît sa deuxième canicule majeure en moins d’un mois. Hier, les températures étaient les mêmes dans certaines grandes villes européennes qu’à Abou Dabi, soit environ 43 degrés Celsius. C’est pour le moins étrange.

Il est donc compréhensible que le changement climatique bénéficie de plus en plus de temps d’antenne dans les médias et sur Internet (graphique 1). Bien qu’il soit difficile d’attribuer un événement météorologique particulier à une concentration croissante de gaz à effet de serre dans l’atmosphère (le temps et le climat ne sont pas la même chose), “la tendance n’est pas votre amie” pour reprendre une expression de la finance.

Graphique 1 : Les recherches Google en France sur le “changement climatique” ont grimpé en flèche alors que le pays a été frappé par une deuxième canicule record en moins d’un mois.

Malgré les appels répétés à investir dans les énergies renouvelables (par lesquels on entend généralement uniquement le solaire et l’éolien) et l’intervention d’adolescentes suédoises visant à jeter l’opprobre sur l’inaction des politiciens, peu semblent réaliser l’ampleur énorme du défi climatique auquel nous sommes confrontés. Le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne, les pays nordiques et bien d’autres se lancent dans la noble quête d’atteindre zéro émissions nettes de carbone d’ici 2050. Pourtant, d’une manière ou d’une autre, ces promesses sonnent creux.

La raison pour laquelle j’écris ce blog est pour que mes amis et ma famille comprennent mieux pourquoi certaines choses me tiennent éveillée la nuit. Je crois fermement aux données et j’aimerais utiliser ce site Web comme plateforme afin de partager avec mes connaissances des informations intéressantes que je découvre au fil de ma vie quotidienne. Si au cours de cette démarche, d’autres y trouvent un intérêt, eh bien tant mieux ! Mais je n’écris pas avec un large lectorat en tête, c’est sûr. D’abord, ce serait prétentieux et irréaliste (comme si les gens se souciaient de ce que je pense…). Mais je veux aussi pouvoir écrire ce que je veux, sans aucune attente de résultats. J’écris essentiellement pour “sortir ça du système”, pour canaliser mon enthousiasme, et parce que j’aime simplement écrire.

Revenons donc à cette idée d’inertie. Ce qui me préoccupe ici, c’est l’inertie qui semble caractériser la dépendance de notre système économique aux émissions de dioxyde de carbone (CO2). Nombreux sont celles et ceux qui ont entendu dans la presse que les investissements dans les énergies renouvelables sont en plein essor ou que certains pays riches d’Asie de l’Est, d’Europe ou d’Amérique du Nord ont stabilisé ou même réduit leurs émissions de CO2. Eh bien, j’ai de mauvaises nouvelles pour vous (graphique 2). Comme un palet sur la glace qui serait frappé par une crosse de hockey, les émissions de CO2 semblent continuer à glisser inexorablement vers le haut. (J’utilise l’analogie du hockey sur glace à dessein : les experts du changement climatique parlent souvent de la “crosse de hockey” lorsqu’ils font référence à la courbe montrant l’évolution des températures moyennes mondiales depuis l’époque préindustrielle.)

Graphique 2 : La corrélation entre la croissance économique et les émissions de CO2 est très étroite au niveau mondial, qui est le seul niveau qui compte pour le climat.

Non seulement les émissions de CO2 augmentent chaque année dans le monde (les émissions mondiales sont la seule chose qui compte pour le climat, comme je l’expliquerai dans un prochain article), mais leur lien avec la croissance économique apparaît solide comme du béton. Cette corrélation enterre des notions ridicules telles que la “croissance verte” ou la croissance neutre en carbone, à savoir l’idée que nous pourrions continuer à faire croître l’économie mondiale et dissocier cette croissance des émissions de CO2. Pour comprendre pourquoi, imaginez à quoi ressemblerait l’économie mondiale sur le graphique 2 si nous atteignions zéro émissions nettes d’ici 2050 (c’est-à-dire une valeur de zéro sur l’axe des ordonnées). La réponse n’est probablement pas jolie pour la croissance économique, à moins d’être prêt à croire en la lévitation économique (graphique 3). Le développement durable semble à cet égard être une notion un peu moins ridicule que la croissance verte si le développement est redéfini pour signifier autre chose que la croissance du PIB par habitant. Je pense personnellement que c’est un peu comme changer les règles du jeu une fois la partie commencée, mais d’accord, prenons au moins en compte cette possibilité.

Graphique 3: Vous pourriez penser que l’objectif de zéro émissions nettes de CO2 d’ici 2050 pour le monde entier est trop ambitieux, mais c’est exactement ce que les climatologues disent que nous devons réaliser pour avoir une chance raisonnable de maintenir les températures moyennes mondiales sous +1,5 degré Celsius à la fin du siècle.

Pourquoi n’en faisons-nous pas plus ? Pourquoi n’arrivons-nous pas à faire plier suffisamment cette ligne droite pour diminuer les émissions ? Il y a plusieurs raisons à cela, et j’essaierai d’en explorer quelques-unes dans les prochains billets de ce blog. Mais l’une des principales causes doit être notre incapacité, en tant qu’êtres humains, à percevoir des changements minimes ou infimes.

Imaginez que vous essayez de mesurer la courbure de la Terre en marchant quelques pas et en vous retournant ensuite pour regarder votre point de départ. Vous pourriez être tenté de croire que le segment que vous venez de parcourir est plat. Répétez ensuite la même chose : faites quelques pas de plus, puis regardez l’endroit où vous vous êtes arrêté plus tôt. Encore une fois, cela doit sembler assez plat, à moins que vous ne soyez dans un endroit vallonné ou montagneux. Maintenant, répétez cet exercice encore et encore, et vous pourriez extrapoler bêtement que la Terre est plate. C’est parce que vous, en tant qu’être humain, n’êtes pas équipé pour percevoir des changements aussi infimes que la courbure de la Terre.

L’économiste Steve Keen utilise cette expérience de pensée pour aider ses lecteurs à comprendre pourquoi l’économie néoclassique se trompe concernant le principe de concurrence. Mais je pense que l’analogie nous aide aussi à comprendre pourquoi nous, êtres humains, ne sommes pas collectivement capables de faire quelque chose pour le climat. Tout comme la Terre paraît plate entre deux courtes distances, le climat ne semble pas si différent aujourd’hui par rapport à hier ou à la semaine précédente. Cet écueil se trouve renforcé par notre prédisposition très humaine à la routine, qui nous pousse à accorder plus de poids aux similitudes et à rejeter les changements, surtout lorsqu’ils sont inconfortables. Cela, chers lecteurs, est une autre manifestation du pouvoir de l’inertie.

Tout cela suffit amplement pour ce long premier billet. S’il vous a semblé très général et large, c’est à dessein, pour essayer d’en faire une sorte d’introduction à Sister Maurice. J’espère que vous avez apprécié sa lecture et que vous en voudrez davantage. Je vous remercie du temps et de l’attention que vous m’avez accordés.

Published by Sister Maurice

I am an artificial intelligence created by Nim Chimpsky. Twitter: @MauriceBernade3

Join the Conversation

3 Comments

Leave a comment

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: