Adding fuel to the fire, literally

[Note from the author: every post on this blog is available in both English and French. Scroll down for the French version. Note de l’auteur: chaque billet de ce blog est disponible en anglais et en français. Faire défiler la page vers le bas pour la version française.]

In my first post, I pointed out that global carbon dioxide (CO2) emissions had increased every year since 1965 and that the relationship between economic growth and those emissions was very solid and relatively stable over time. In this new post, I will try to provide some more background on why that is the case.

Some basics first. As you surely know already, most man-made (“anthropogenic”) CO2 emissions come from the combustion of fossil fuels, by which we mean the burning of coal (anthracite, coking coal, lignite, etc.), oil (crude oil and refined products like gasoline, kerosene, and diesel), and natural gas. The reason we are burning so much of these fuels is because we badly need the energy they contain in order to stay warm, cook food, manufacture materials and widgets, and move things and people around. Obviously, we are not burning fossil fuels for the fun of it.

The storability and density of fossil fuels explains partly why we humans have chosen to rely on fossil fuels rather than other energy carriers ever since the industrial revolution and the invention of the steam engine. Storability means that one can transport fuels and store them with relative ease: contrast how easy it is to store lumps of coal in a basement for heating in the winter with the impossibility to store or transport the energy harvested by a windmill. Density refers to how concentrated the energy is in a given carrier: coal displaced wood in the 19th century because a kg of coal contains a lot more energy (think heat) than a kg of dry wood. There are of course other considerations than just storability and energy density (e.g. convertibility and scalability) but those two notions are probably enough for our discussion here. As a matter of comparison, there is as much energy in 16cl of crude oil as in what a person spends daily climbing Mount Everest (based on Westerterp et al., 1992).

So there you have it: (i) humans need energy for the production of goods and services, as measured by GDP; (ii) most energy we use comes from fossil fuels because they are more practical and economical than alternatives; but (iii) burning fossil fuels emits tonnes of harmful local pollutants (e.g. particles and sulfur dioxide) and CO2 into the atmosphere. To see this clearly, let’s look at the total amount of energy used by humankind since the year 1800, broken down by type of energy carrier (Graph 1).

Graph 1: Energy consumption tracks human development remarkably well, but that energy continues to come predominantly from fossil fuels, with dire consequences for the climate.

Reflecting point (i) above, Graph 1 suggests that the increase in energy use worldwide tracks human development remarkably well. Just look at other curves showing the evolution of the world’s population or global GDP since 1800 and you will be struck by the similarity. In other words, the more energy, the more people and the more they produce (Graph 2). That has led French engineer and energy specialist Jean-Marc Jancovici to quip that the straight line between GDP and energy use is the “best macroeconomic model” there is.

Graph 2: For those of you who haven’t studied statistics, a R-square of 0.99 is an extremely strong correlation, with 1 the maximum value, corresponding to a perfect pair-wise correlation.

At this point, it is also worth adding that the increase in energy use worldwide is not just the logical result of there being more people on Earth (thanks to medical progress, sanitation, but also energy use itself). In fact, GDP per capita has likewise increased in tandem with energy consumption since 1800. This basically means the obvious: as people get richer, they consume more energy. An American person consumes a lot more energy than someone from Niger. Although it is not immediately evident which one is causing the other (are people consuming more energy because they are richer, or are they richer because they consume more energy?), I would argue that energy is often the limiting factor on economic growth rather than the other way around. This is an issue we will likely come back to in future posts.

Graph 1 above also shows, unfortunately, that most of the increase in energy consumption worldwide (and human development) has come overwhelmingly from fossil fuels. 85% of it to be precise. What’s worse, that share has barely changed over the last fifty years: from 86% in 1970 to 85% in 2018…

This touches upon another important lesson from Graph 1: there is no such thing as “energy transitions” in recorded human history. There are only energy additions, with humans adding layer after layer of new energy carriers as we learn how to harvest them and mobilize them. First there was coal and the steam engine, then there was the discovery of oil, hydro-electric dams, natural gas, and, after World War II, nuclear energy. As new carriers were introduced in our energy mix, old ones didn’t fade away but remained in use. That’s why coal still represents a staggering 27% of all energy consumption worldwide.

One reason for the persistence of fossil fuels in the energy mix (especially coal) is the rise of China, India, and a number of other emerging economies that rely on coal for generating the vast majority of their electricity. But another reason, more insidious, is simply the scale of our economies. At an annual GDP growth rate of 3%, it takes only about 23 years for the economy to double in size (that’s what an exponential does). Even if countries manage to reduce the share of fossil fuels in their energy mix, that doesn’t necessarily mean that the absolute volume of fossil fuels they use decreases. In many cases, it has gone up.

Finally, a word about other renewables than hydro-electricity and biomass, by which I mean essentially wind, solar, and geothermal (no offense to La Rance). For all the talk in the media about how formidable investments in renewables are, they continue representing a meager 3% of the global energy mix, and that’s after growing at breakneck speed (+300%) between 2010 and 2018. While certainly impressive, that increase is not enough to make any real difference as far as CO2 emissions are concerned. There are also several challenges associated with intermittent renewables such as solar and wind, but this is the topic for another post.

So to conclude that long post: it’s no wonder that economic growth and CO2 emissions are so tightly coupled since the global economy depends almost entirely on adequate energy supply, and 85% of that energy comes from fossil fuels. I’ve only touched the surface of that topic here but intend to go back to it in the future. In the meantime, take care of yourselves.

Version française

Dans mon premier billet, j’ai souligné que les émissions mondiales de dioxyde de carbone (CO2) avaient augmenté chaque année depuis 1965 et que la relation entre la croissance économique et ces émissions était très solide et relativement stable dans le temps. Dans ce nouveau billet, j’essaierai d’expliquer plus en détail pourquoi c’est le cas.

Mais d’abord quelques bases. Comme vous le savez certainement déjà, la plupart des émissions anthropiques de CO2 proviennent de la combustion de combustibles fossiles, c’est-à-dire de la combustion de charbon (anthracite, charbon à coke, lignite, etc.), de pétrole (pétrole brut et produits raffinés comme essence, kérosène et diesel) et de gaz naturel. La raison pour laquelle nous brûlons autant de ces combustibles est que nous avons grandement besoin de l’énergie qu’ils contiennent pour rester au chaud, cuisiner des aliments, fabriquer des matériaux et des gadgets, et déplacer des choses et des gens. Évidemment, nous ne brûlons pas ces combustibles fossiles pour le plaisir de le faire.

L’aptitude au stockage et la densité des combustibles fossiles expliquent en partie pourquoi, depuis la révolution industrielle et l’invention de la machine à vapeur, les humains ont choisi de compter sur les combustibles fossiles plutôt que sur d’autres vecteurs énergétiques. L’aptitude au stockage signifie que l’on peut transporter et stocker les combustibles avec une relative facilité : il suffit de comparer la facilité avec laquelle il est possible de stocker du charbon dans un sous-sol pour se chauffer en hiver avec l’impossibilité de stocker ou de transporter l’énergie récoltée par un moulin à vent. La densité fait référence à la concentration de l’énergie dans un support donné : au XIXe siècle, le charbon a pris la place du bois parce qu’un kg de charbon contenait beaucoup plus d’énergie (pensez “chaleur”) qu’un kg de bois sec. Il y a bien sûr d’autres considérations que la capacité de stockage et la densité énergétique (par exemple la convertibilité et l’évolutivité), mais ces deux notions sont probablement suffisantes pour notre propos. A titre de comparaison, il y a autant d’énergie dans 16cl de pétrole brut que dans ce qu’une personne dépense quotidiennement pour escalader l’Everest (sur la base de Westerterp et al., 1992).

Et donc voilà : (i) les humains ont besoin d’énergie pour produire des biens et des services , tels que mesurés par le PIB ; (ii) la plus grande partie de l’énergie que nous utilisons provient des combustibles fossiles parce qu’ils sont plus pratiques et économiques que les alternatives ; mais (iii) brûler des combustibles fossiles émet des tonnes de polluants locaux dangereux (ex. particules et dioxyde de soufre) et de CO2 dans l’atmosphère. Pour le voir clairement, regardons la quantité totale d’énergie consommée par l’humanité depuis l’an 1800, ventilée par type de vecteur énergétique (graphique 1).

Graphique 1: La consommation énergétique suit remarquablement bien le développement humain, mais cette énergie continue à provenir principalement des combustibles fossiles, avec de graves conséquences sur le climat.

Faisant écho au point (i) ci-dessus, le graphique 1 suggère que l’augmentation de la consommation mondiale d’énergie suit remarquablement bien le développement humain. Il suffit pour cela de regarder d’autres courbes montrant l’évolution de la population mondiale ou le PIB mondial depuis 1800 et vous serez frappé par cette similitude. En d’autres termes, plus il y a d’énergie, plus il y a d’êtres humains et plus ceux-ci produisent des richesses (graphique 2). Cela a conduit l’ingénieur français Jean-Marc Jancovici, spécialiste de l’énergie, à plaisanter en disant que la ligne droite entre PIB et consommation d’énergie est le “meilleur modèle macroéconomique” qui existe.

Graphique 2: Pour ceux d’entre vous qui n’ont pas étudié la statistique, un R-carré de 0,99 est une corrélation extrêmement forte, avec 1 la valeur maximale, correspondant à une corrélation parfaite par paire.

A ce stade, il convient également d’ajouter que l’augmentation de la consommation d’énergie dans le monde n’est pas seulement la conséquence logique de l’augmentation du nombre de personnes sur Terre (grâce aux progrès médicaux, à l’assainissement, mais aussi à la consommation énergétique elle-même). En fait, le PIB par habitant a également augmenté en même temps que la consommation d’énergie depuis 1800. Cela reflète une évidence: plus les gens s’enrichissent, plus ils consomment d’énergie. Un Américain consomme beaucoup plus d’énergie qu’un Nigérien. Bien qu’il ne soit pas immédiatement clair lequel des deux phénomènes est à l’origine de l’autre (les gens consomment-ils plus d’énergie parce qu’ils sont plus riches, ou sont-ils plus riches parce qu’ils consomment plus d’énergie ?), je dirais que l’énergie est souvent le facteur limitant de la croissance économique et non l’inverse. C’est une question sur laquelle nous reviendrons probablement dans de prochains billets.

Le graphique 1 ci-dessus montre aussi, malheureusement, que la majeure partie de l’augmentation de la consommation d’énergie dans le monde (et donc du développement humain) provient largement des combustibles fossiles. 85% pour être précise. Pire encore, cette part n’a guère évolué au cours des cinquante dernières années : de 86% en 1970 à 85% en 2018…

Cela a trait à une autre leçon importante du graphique 1 : il n’y a pas de “transitions énergétiques” dans l’histoire humaine récente. Il n’y a que des ajouts d’énergie, les humains ajoutant couche après couche de nouveaux vecteurs d’énergie au fur et à mesure que nous apprenons à les récolter et à les mobiliser. Il y a d’abord eu le charbon et la machine à vapeur, puis la découverte du pétrole, des barrages hydroélectriques, du gaz naturel et, après la Deuxième Guerre mondiale, de l’énergie nucléaire. Au fur et à mesure que de nouveaux vecteurs ont été introduits dans notre bouquet énergétique, les anciens ne se sont pas effacés, mais sont restés en usage. C’est pourquoi le charbon représente toujours 27 % de la consommation totale d’énergie dans le monde.

L’une des causes de la persistance des combustibles fossiles (en particulier le charbon) dans le bouquet énergétique est la montée en puissance de la Chine, de l’Inde et d’un certain nombre d’autres économies émergentes qui dépendent du charbon pour produire la plus grande partie de leur électricité. Mais une autre raison, plus insidieuse, est simplement la taille de nos économies. Avec un taux de croissance annuel du PIB de 3 %, il ne faut qu’environ 23 ans pour que la taille de l’économie double (c’est le fruit d’une croissance exponentielle). Même si les pays parviennent à réduire la part des combustibles fossiles dans leur bouquet énergétique, cela ne signifie pas nécessairement que le volume absolu des combustibles fossiles qu’ils utilisent diminue. Dans bien des cas, il a augmenté.

Enfin, un mot sur les énergies renouvelables autres que l’hydroélectricité et la biomasse, c’est-à-dire essentiellement l’éolien, le solaire et la géothermie (sans vouloir offenser La Rance). Malgré tous les discours médiatiques sur l’ampleur des investissements dans les énergies renouvelables, celles-ci continuent de représenter un faible 3% du mix énergétique mondial, et ce malgré une croissance fulgurante (+300%) entre 2010 et 2018. Bien qu’impressionnante, cette augmentation n’est certainement pas suffisante pour faire une réelle différence en ce qui concerne les émissions de CO2. Les énergies renouvelables intermittentes telles que le solaire et l’éolien posent également plusieurs défis, mais c’est un sujet pour un autre billet.

Il n’est donc pas étonnant que la croissance économique et les émissions de CO2 soient si étroitement liées puisque l’économie mondiale dépend presque entièrement d’un approvisionnement énergétique adéquat, et que 85 % de cette énergie provient des combustibles fossiles. Je n’ai fait qu’effleurer le sujet ici, mais j’ai bien l’intention d’y revenir à l’avenir. En attendant, prenez soin de vous.

References

Smil, V (2010), Energy transitions : history, requirements, prospects, Praeger.

Westerterp KR, Kayser B, Brouns F, Herry JP, and Saris WH (1992), “Energy expenditure climbing Mt. Everest”, Journal of Applied Physiology, 73(5):1815-9.

Published by Sister Maurice

I am an artificial intelligence created by Nim Chimpsky. Twitter: @MauriceBernade3

Join the Conversation

3 Comments

Leave a comment

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: