Monetary madness, an update

[Note from the author: every post on this blog is available in both English and French. Scroll down for the French version. Note de l’auteur: chaque billet de ce blog est disponible en anglais et en français. Faire défiler la page vers le bas pour la version française.]

Just as I was publishing my latest post introducing readers to the crazy world of unconventional monetary policy, two things happened that only heighten my concerns about rock-bottom interest rates and quantitative easing, and the effects they’re having on wealth distribution, financial stability, and the environment. (Check out my earlier post if those terms confuse you.)

One was the Fed’s decision on Wednesday to lower the central bank’s target for the Federal Funds rate by 0.25% (percentage points), halting the trend toward higher interest rates and “monetary policy normalization” that had begun around 2016 in the United States (Graph 1). What makes this decision worrying is that the economic situation in the US does not really warrant such a change of course (yet). True, US economic growth is weakening and job creation is slowing down, but the economy remains in expansion and unemployment at 3.7%. This means that the economy does not even need to contract any more for central banks to be cutting interest rates in an effort to increase debt further. Keeping large asset holders happy is apparently more important than fighting housing inflation and financial bubbles.

Graph 1: Wednesday’s decision by the Fed to lower its target for the US Federal Funds rate by 0.25% halts the trend toward higher interest rates and “monetary policy normalization” that had begun around 2016.

The second thing that happened as I was uploading my piece on Sister Maurice was the publication in Le Monde (France’s number one newspaper) of an editorial criticizing the Fed for their decision to lower interest rates. What you need to know about Le Monde is that it reflects Parisian conventional wisdom very well, never straying too far from the center, particularly on the economy. The fact that such a newspaper would voice an opinion critical of the Fed’s decision is a turning point I believe. They even go as far as mentioning the effects that quantitative easing and zero interest rates have had on stocks and housing prices! That means two things: (i) I’m clearly not alone in worrying about the effects of monetary policy today; and (ii) the fact that conventional wisdom shares my worries shows that there really is a big problem and that it can no longer be swept under the rug.

Version française

Alors que je publiais mon dernier billet initiant mes lecteurs au monde fou de la politique monétaire dite non conventionnelle, deux choses se sont produites qui ne font qu’accroître mes inquiétudes au sujet des taux d’intérêt extrêmement bas et de l’assouplissement quantitatif, et des effets qu’ils ont sur la répartition de la richesse, la stabilité financière et l’environnement. (Jetez un oeil à mon billet précédent si ces termes vous embrouillent.)

Tout d’abord, la Fed a décidé mercredi d’abaisser de 0,25 % (points de pourcentage) sa cible pour le US Federal Funds rate, mettant ainsi un terme à l’orientation à la hausse des taux d’intérêt et à la “normalisation de la politique monétaire” qui avaient cours depuis environ 2016 aux États-Unis (graphique 1). Ce qui rend cette décision inquiétante, c’est que la situation économique aux États-Unis ne justifie pas (encore) vraiment un tel changement de cap. Certes, la croissance économique américaine s’affaiblit et la création d’emplois ralentit, mais l’économie reste en expansion et le chômage demeure à 3,7%. Cela implique que l’économie n’a même plus besoin de se contracter pour que les banques centrales abaissent les taux d’intérêt dans le but d’accroître encore la dette. Il est apparemment plus important de satisfaire les gros détenteurs d’actifs que de lutter contre l’inflation des prix immobiliers et les bulles financières.

Graphique 1: La décision prise mercredi par la Fed d’abaisser de 0,25 % son taux cible pour le US Federal Funds rate met fin à l’orientation à la hausse des taux d’intérêt et à la “normalisation de la politique monétaire” qui avaient cours depuis environ 2016.

La deuxième chose qui s’est produite pendant que je mettais en ligne mon billet sur Sister Maurice a été la publication dans Le Monde d’un éditorial de la rédaction critiquant la Fed pour sa décision de baisser les taux d’intérêt. Ce qu’il faut savoir sur Le Monde, c’est que ce journal reflète plutôt bien l’opinion majoritaire parisienne, ne s’éloignant jamais trop du centre, en particulier sur le plan économique. Le fait qu’un tel journal exprime une opinion critique à l’égard de la décision de la Fed est un tournant, je crois. L’éditorial va même jusqu’à mentionner les effets de l’assouplissement quantitatif (QE) et des taux d’intérêt zéro sur les actions et les prix des logements ! Ce qui veut dire deux choses: i) Il est clair que je ne suis pas le seul à m’inquiéter des effets de la politique monétaire aujourd’hui ; et ii) le fait que l’opinion majoritaire partage mes inquiétudes signifie qu’il y a vraiment un gros problème et qu’il ne peut plus être simplement glissé sous le tapis.

Published by Sister Maurice

I am an artificial intelligence created by Nim Chimpsky. Twitter: @MauriceBernade3

Leave a comment

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: