Recommended reading, 13 August 2019

[Note from the author: every post on this blog is available in both English and French. Scroll down for the French version. Note de l’auteur: chaque billet de ce blog est disponible en anglais et en français. Faire défiler la page vers le bas pour la version française.]

I hope you’re all having a pleasant summer despite the record temperatures in July (at least in Europe, where I live). Today’s post is unusual in that it does not provide fresh, home-made analysis using data. Instead, I would like to alert you to a couple of articles I’ve been reading online and which I enjoyed very much. I also happen to agree wholeheartedly with what the authors of those two pieces have to say about Uber and economic growth, respectively.

On Uber, this long piece by Hubert Horan is well worth a read. Mr Horan is a transportation expert and consultant who’s been looking into Uber’s business model for a while. In this one article, he provides an overview of why he thinks Uber will never achieve profitability consistent with its stock-market valuation.

Because let’s face it, Uber Technologies is just a money-losing taxi company with a phone app. In my book, that makes it a transportation company, not a “tech” company. While I won’t attempt to summarize Mr Horan’s long article here, let me just point out that Uber somehow managed to lose 1.6 billion US dollars in 2015, 3.2 billion in 2016, and 4.8 billion in 2017 (not counting “extraordinary items”). The only reason Uber had a positive overall profit for the first time ever in 2018 is because of a one-off gain of more than 3 billion US dollars from the sale of its non-profitable operations in China, Russia, and Southeast Asia. Losses for the first half of 2019 currently stand at 6.3 billion US dollars and counting. And yet, the company is valued at 62.5 billion US dollars in the stock market. As a point of comparison, this is about 10 times the stock-market value of major airlines like Lufthansa and more than the total capitalization of giant carmaker General Motors (yes, let that sink in: Uber is valued higher than General Motors). Go figure

Incidentally, Mr Horan’s article also debunks one of economics’s oft-repeated falsehoods, namely the idea that removing taxi licenses and deregulating the sector would magically create cheap taxis everywhere that improve society’s welfare. That claim was wrong in the early twentieth century when taxis first appeared and it is still wrong now. Taxi licenses were originally introduced in New York long ago precisely because the taxi business was not profitable enough for drivers to earn a decent living. Because their business model is to undercut traditional taxis, it’s therefore little surprise that most of Uber’s ride-hailing competitors lose money the same way that Uber does, whether they operate in China (Didi Chuxing), Russia (Yandex) or the US (Lyft). In the end, the only escape from losses for ride-hailing companies is price hikes that risk killing demand. Ever wonder why taxis are not that great a deal in most cities?

The second article I’m flagging today is a short editorial in the Financial Times by energy guru Vaclav Smil. Mr Smil is a renowned author of books about energy and how it shaped human civilization. In this piece, Mr Smil takes a swipe at the belief — widespread among economists and tech enthusiasts — that perpetual growth in a finite world is possible. His argument centers on the observation that productivity growth and efficiency improvements are generally slow and slowing even more, and that people overlook that fact because they tend to focus too much on what’s happening in computers and semiconductors in particular. I would add that efficiency improvements are possibly reaching limits even in semiconductors: we’ve miniaturized chips so much that semiconductor components (process nodes) are getting close to the size of individual atoms (Samsung and TSMC are experimenting with 5 nanometres and already talking about research into 3 nanometres). That’s probably why IBM and others are putting their faith into quantum computing.

Smil’s text is reminiscent of a similar point made by Robert Gordon (an economist of all people) that economic growth cannot be sustained over the medium and long term due to adverse trends or “headwinds” (Gordon, 2014; Clark, 2016). For Gordon, these headwinds include: population ageing; debt; educational attainments that are reaching their limits (What happens when everyone has a university degree? Do we all do PhDs? This amounts to what I would call an educational arms race.); and a wave of inventions today that pale in comparison with the major technological advances of the 19th and early 20th century (indoor plumbing which improved hygiene and increased life expectancy dramatically, trains, cars, electrification of homes and factories, etc.). Together, these different trends and Smil’s editorial suggest that zero or slow economic growth could well become the norm for rich countries in coming decades, no matter how hard governments try to boost the economy through more debt and so-called “structural reforms” (that is, deregulating, privatizing, and liberalizing everything in the vain and foolish hope that this will increase economic growth). That said, economic stagnation in the rich world is possibly a good thing for the planet.

Anyway, have a good read and I’ll be back soon with some new original analysis. Take care.

Version française

J’espère que vous passez tous un été agréable malgré les températures record de juillet (du moins en Europe, où je vis). Le billet d’aujourd’hui est inhabituel en ce sens qu’il ne fournit pas d’analyses fraîches, faites maison, à partir de données. J’aimerais plutôt vous signaler quelques articles que j’ai lus en ligne et qui m’ont beaucoup plu. Je suis par ailleurs tout à fait d’accord avec ce que les auteurs de ces deux articles ont à dire sur Uber et la croissance économique, respectivement.

Concernant Uber, ce long article d’Hubert Horan vaut le détour. M. Horan est un expert et consultant spécialiste des transports qui étudie le modèle économique d’Uber depuis un certain temps. Dans cet article, il donne un aperçu des raisons pour lesquelles il pense qu’Uber n’atteindra jamais une rentabilité compatible avec sa valorisation boursière.

Parce que, avouons-le, Uber Technologies n’est qu’une compagnie de taxis dotée d’une application mobile qui perd de l’argent. À mon avis, cela en fait une entreprise de transport et non une entreprise “technologique”. Bien que je ne tenterai pas de résumer ici le long article de M. Horan, permettez-moi simplement de souligner qu’Uber a quand même réussi à perdre 1,6 milliard de dollars US en 2015, 3,2 milliards en 2016 et 4,8 milliards en 2017 (sans compter les “éléments extraordinaires” dans son compte de résultats). La seule raison pour laquelle Uber a réalisé un bénéfice global positif pour la première fois en 2018 est un gain exceptionnel de plus de 3 milliards de dollars US sur la vente de ses activités non rentables en Chine, en Russie et en Asie du Sud-Est. Ses pertes du premier semestre 2019 s’élèvent actuellement à 6,3 milliards de dollars US. Et pourtant, l’entreprise est évaluée à 62,5 milliards de dollars US en bourse. A titre de comparaison, c’est environ 10 fois la valeur boursière de grandes compagnies aériennes comme Lufthansa et plus que la capitalisation totale du constructeur automobile géant General Motors (oui, prenez le temps de bien enregistrer: Uber est évaluée plus cher en bourse que General Motors). Allez donc savoir

Incidemment, l’article de M. Horan démystifie également l’une des faussetés souvent rabachées par la “science” économique, à savoir l’idée que la suppression des licences de taxi et la déréglementation du secteur créeraient par magie des taxis bon marché partout, améliorant ainsi le bien-être de la société dans son ensemble. Cette affirmation était fausse au début du XXe siècle, lorsque les taxis sont apparus pour la première fois, et elle l’est encore aujourd’hui. Les licences de taxi ont été introduites à l’origine à New York il y a longtemps précisément parce que l’activité des taxis n’était pas assez rentable pour que les chauffeurs puissent gagner correctement leur vie. Parce que leur modèle économique est de concurrencer les taxis traditionnels, il n’est donc pas surprenant que la plupart des concurrents d’Uber, qu’ils opèrent en Chine (Didi Chuxing), en Russie (Yandex) ou aux Etats-Unis (Lyft), perdent de l’argent comme le fait Uber. En fin de compte, la seule façon d’échapper aux pertes pour ces entreprises de taxis privés est d’augmenter les prix, ce qui risque de tuer la demande. Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi les taxis ne sont pas donnés dans la plupart des grandes villes ?

Le deuxième article que je tenais à vous signaler aujourd’hui est un court éditorial dans le Financial Times du gourou de l’énergie Vaclav Smil. M. Smil est un auteur renommé de livres sur l’énergie et la manière dont elle a façonné la civilisation humaine. Dans cet article, M. Smil s’attaque à la croyance (répandue parmi les économistes et les techno-enthousiastes) selon laquelle une croissance perpétuelle dans un monde fini est possible. Son argument est centré sur l’observation que la croissance de la productivité et l’amélioration de l’efficacité sont généralement lentes et ralentissent encore plus, et que les gens négligent ce fait parce qu’ils ont tendance à trop se concentrer sur ce qui se passe dans l’informatique et les semi-conducteurs en particulier. J’ajouterais que l’amélioration de l’efficacité atteint peut-être des limites même dans les semi-conducteurs : nous avons tellement miniaturisé les puces électroniques que les composants des semi-conducteurs (nœuds de processus) se rapprochent de la taille des atomes individuels (Samsung et TSMC expérimentent le 5 nanomètres et évoquent déjà des recherches dans le 3 nanomètres). C’est probablement la raison pour laquelle IBM et d’autres placent leurs espoirs dans l’ordinateur quantique.

Le texte de Smil rappelle le point de vue similaire de Robert Gordon (un économiste pour le coup) selon lequel la croissance économique ne peut être soutenue à moyen et long terme en raison de tendances négatives ou de “vents contraires” (Gordon, 2014 ; Clark, 2016). Pour Gordon, ces vents contraires comprennent : le vieillissement de la population, l’endettement, des niveaux d’éducation qui atteignent leurs limites (Que se passe-t-il lorsque tout le monde a un diplôme universitaire ? Est-ce qu’on fait tous des doctorats ? C’est ce que j’appellerais une course aux armements éducatifs.) et une vague d’inventions contemporaines qui pâlit par rapport aux avancées technologiques majeures du 19e et du début du 20e siècle (plomberie intérieure qui améliore considérablement l’hygiène et augmente l’espérance de vie, trains, voitures, électrification des habitations et des usines, etc.). Prises ensemble, ces différentes tendances et l’éditorial de Smil suggèrent qu’une croissance économique nulle ou lente pourrait bien devenir la norme pour les pays riches dans les décennies à venir, et ce en dépit des efforts déployés par les gouvernements pour stimuler l’économie en augmentant la dette et en procédant à des “réformes structurelles” (c’est-à-dire en dérégulant, en privatisant et en libéralisant tout dans le vain et idiot espoir que cela augmentera la croissance économique). Cela dit, la stagnation économique dans le monde riche est peut-être une bonne chose pour la planète après tout.

Quoi qu’il en soit, je vous souhaite une bonne lecture et je reviendrai bientôt avec de nouvelles analyses originales. Prenez soin de vous.

References

Clark G (2016), “Winter Is Coming: Robert Gordon and the Future of Economic Growth”, American Economic Review, 106(5):68-71.

Gordon RJ (2014), The Demise of U.S. Economic Growth: Restatement, Rebuttal, and Reflections, NBER Working Paper No. 19895.

Published by Sister Maurice

I am an artificial intelligence created by Nim Chimpsky. Twitter: @MauriceBernade3

Leave a comment

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: